Partagez
Aller en bas
Age : 46
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages : 96
Voir le profil de l'utilisateur

New wave of Sleaze

le Jeu 27 Sep - 9:41
Post à destination des fans (s'il en est encore...) de Faster pussycat, Pretty boy floyd, LA Guns, Roxx Gang, Jetboy, Junkyard, Cats in boots, Poison, Motley crue, Ratt, Hanoi rocks, Twisted sister, Rock city angels, Tigertailz et pleins d'autres....

Le sleaze (je préfère ce terme à Hair metal ou à Hard US) n'est pas mort... même pas moribond. Il est une nouvelle vague de groupes sleaze extrêmement active mais dont on parle (malheureusement) très peu (sauf sur quelques sites d'ultra-niche). Le black, le death, le doom (et le mélange des trois) ont pris toute la lumière sur l'avant-scène du Metal. On peut le regretter (comme moi) ou pas (comme plein d'autres).

Parmi cette nouvelle vague, on trouve un peu de tout. Le très bon côtoie comme toujours le très mauvais. Par ailleurs, le sleaze d'hier, un peu crade et vulgaire (putassier) à laisser large place à une sorte de modern rock/bubble rock propret et gentillet qui en trahit un peu l'esprit. Heureusement, il est, pour les fans du genre, de véritables perles. Pour ceux qui voudraient découvrir quelques uns des trésors de cette nouvelle vague, un petit top 10 des albums à ne pas manquer.

Mais avant, une petit mise en garde : FNA Records, Eonian records, demondolls records éditent nombre de disques d'époque (fin des années 80, début des années 90) qui n'avaient pas eu l'honneur d'une sortie officielle. S'il est possible de trouver quelques trucs qui valent le coup (jetez vous sur la réédition du Glorious bankrobbers, Dynamite sex dose, chez demondolls), le plus souvent le niveau est franchement moyen (c'est un euphémisme) et on comprend pourquoi ces albums sont restés bien au chaud dans les cartons des maisons de disques (on évitera par exemple Swingin' thing qui bénéficie, de façon inexplicable, d'une certaine aura chez les fans de Sleaze).

11 albums (et oui, pourquoi pas !), non classés, pour ce plonger dans the New wave of Sleaze :

1. Hardcore superstar, You can't kill my rock'n'roll (2018). Toute la disco du groupe vaut le détour (le groupe a oscillé entre Sleaze glam et Sleaze thrashy....), mais ce dernier album a un côté bombastic qui rappelle la grande époque.
2. Hell in the club, Devil on my shoulder (2014). Ou quand le chanteur du groupe metal folk Elvenking se met au Sleaze... Tous les albums du groupe méritent vraiment le détour.
3. Shameless, Dial S for sex (2014). Fans de Pretty boy floyd, réjouissez-vous, on a retrouvé Steve Summers et sa voix so Sleaze !
4. Danger, Danger (2014). Du sleaze de haute tenue qui nous vient... de suède !
5. Blackrain, Released (2016). Incontestablement, le meilleur album du groupe (même su plus sage, moins foncièrement sleaze que les précédents). Et le meilleur album du genre jamais produit par un groupe français (Rakel traxx est également recommandable dans le genre).
6. Casablanca, Riding a black swan (2013). Un groupe méconnu, un sleaze original et palpitant... et tout cela vient de.. de... suède !
7. Crashdiet, Rest in sleaze (2005). Et oui, c'est culte, c'est suédois !
8. Private line, 21st Century pirates (2004). Encore un groupe suédois ? Et ben non, eux, ils sont finlandais et très très bons ! Et les autres albums sont également très bons (Dead décade est une tuerie)
9. Sister, Stand up, forward, march (2016). Le sleaze version sombre et violente. Excellent.
10.Sweet creature, devils knows my name (2016). Le nouveau groupe de l'ancien guitariste de Crashdiet. La qualité est toujours au RDV.
11. Pretty wild, Pretty wild (2014).

Vous pouvez (devez ?) vous en passer : The unripes,  Midnight sun, Gemini five, Revolution riot, Nasty idols, 44 caliber, Nightrain, Sleazy Roxxx, Catalano, Gunner sixx, Jettblack, Distorted wonderland, Cyanide 4, Panzer princess, Glitzy glow, Gasoline stars, Love razors, Baby jane, Stop Stop, Roadless... et pleins d'autres....

Quelques come back  :

Réussis :
1. Junkyard, High water (2017)
2. LA Guns, The missing peace (2017)
3. Circus of power, Four (2017)
4. Pretty boy floyd, Public enemies (2017)

Moins réussi : Tigertailz, Blast (2016) et Jizzy Pearl, All you need is soul (2018)

Groupe à suivre : Trench dogs....
avatar
Date d'inscription : 14/02/2018
Messages : 48
Voir le profil de l'utilisateurhttps://feel-japanese-rock-wave.blogspot.com

Re: New wave of Sleaze

le Ven 28 Sep - 13:19
J'aime bcp le Glam/Sleaze Rock japonais Smile G.D. FLICKERS, JUSTY NASTY, RED WARRIORS, etc. J'apprécie aussi les occidentaux FASTER PUSSYCAT, STAR STAR, etc.

Par contre, dans les nouveautés, je trouve l'ensemble... moyen.
Age : 46
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Mer 3 Oct - 9:29
Si le nombre de réponse au Post me laisse à penser que peu de fans de Sleaze fréquentent le forum (merci Pilgrimwen... Je me sens moins seul), je me permet tout de même, d'actualiser ma liste précédente :

Une super sortie : The cruel Intentions, No sign of relief (2018). Le nouveau groupe de l'ancien chanteur de Vains of Jenna... Une vraie réussite. Pour les amateurs de Faster pussycat ! 100% Sleaze (enfin presque, le refrain de Check your head emprunte un peu au modern rock des séries US pour adolescents.... Mais la voix ultra-sleaze de Lizzy Devine fait passer le truc).


Dernière édition par Monsieur Pat le Ven 5 Oct - 10:07, édité 1 fois
avatar
Date d'inscription : 14/02/2018
Messages : 48
Voir le profil de l'utilisateurhttps://feel-japanese-rock-wave.blogspot.com

Re: New wave of Sleaze

le Mer 3 Oct - 16:52
C'est génial que tu lances un tel sujet ! Il en faut pour tous les goûts ! Wink
Age : 46
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Mer 3 Oct - 18:30
J'espère que l'on va être rejoint par d'autres membres du forum qui nous feront par de leu coups de coeur, déceptions et découvertes...

Le sleaze connait véritablement une nouvelle jeunesse (même si je suis tout à fait d'accord avec toi, dans l'ensemble, tout cela est franchement moyen... pour ne pas dire médiocre). Et les nouveaux albums de Hardcore superstar et de The cruel intentions sont(presque) au niveau (surtout le premier) des disques des années 80.

En revanche, dans mes pérégrinations (depuis 30 ans), je n'ai jamais exploré le côté nippon de la force... Il faut que je m'y mette. Mais, je ne sais pas pourquoi, j'ai un blocage... Déjà, hier (dans un autre style), je n'ai jamais réussi à apprécier Loudness, ni aujourd'hui Galneyrus...


Dernière édition par Monsieur Pat le Ven 5 Oct - 10:07, édité 1 fois
avatar
The Sentinel
The Sentinel
Age : 47
Date d'inscription : 21/01/2018
Messages : 463
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.metalblabla.com

Re: New wave of Sleaze

le Ven 5 Oct - 9:37
Question Monsieur Pat, vu tout ça tu ne peux qu'être The Marginal, chroniqueur chez NIME non ?
Age : 46
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Ven 5 Oct - 10:13
Euh... ben non, même pas !!!

Du coup, je suis allé voir qui était ce Monsieur The Marginal... Et non, c'est vraiment pas possible pour moi !!! Dans ses styles de prédilection, le Monsieur indique : Metal progressif (là, vraiment, c'est au-dessus de mes forces) et Rock sudiste (à part, un ou deux Molly Hatchet, c'est pas non plus mon truc...). Et puis un type qui met 5 étoiles au premier Van Halen.... NON, NON et NON (cf. le sujet Tombent les idoles) Laughing
avatar
Date d'inscription : 14/02/2018
Messages : 48
Voir le profil de l'utilisateurhttps://feel-japanese-rock-wave.blogspot.com

Re: New wave of Sleaze

le Ven 5 Oct - 13:22
Nippon ni mauvais :

PENICILLIN - Brand New Lover : https://www.youtube.com/watch?v=QM3N9FqqNMg

JUSTY NASTY - Dance : https://www.youtube.com/watch?v=X7gu4UF3icw

LUNA SEA - Jesus : https://www.youtube.com/watch?v=GkZbke1YN8U

RED WARRIORS - Shock Me : https://www.youtube.com/watch?v=i936d_SApHk

D'ERLANGER - Sadistic Emotion : https://www.youtube.com/watch?v=6RLVCe7i2n4

COLOR - Clench One's Fist : https://www.youtube.com/watch?v=7UG3be-R4kQ

BILLY & THE SLUTS - London Night / Shoot Me : https://www.youtube.com/watch?v=IO6c3RsooD0

GRAND SLAM - I Wanna Touch You : https://www.youtube.com/watch?v=37p6nrAMr_g
avatar
Victim of tchatche
Victim of tchatche
Age : 48
Localisation : 66
Date d'inscription : 14/02/2018
Messages : 121
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Ven 5 Oct - 16:55
Je gravite plus du côté FM/Aor de la force, mais je vais fureter dans vos listes à l'envie. C'est cool.
Sinon The MARGINAL couvre beaucoup, sinon majoritairement de chros US/FM sur Nightfall. C'est pour ça que Mr REM y fait allusion.
Age : 46
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Ven 5 Oct - 16:57
Merci tout plein !!!! Utile guide, pour ce périlleux voyage au pays du soleil levant !
avatar
The Sentinel
The Sentinel
Age : 47
Date d'inscription : 21/01/2018
Messages : 463
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.metalblabla.com

Re: New wave of Sleaze

le Lun 8 Oct - 23:14
The Marginal a toujours utilisé le mot "sleaze" aussi. Terme qui de mon point de vue ne veut pas dire grand chose mais je vous en veux pas. C'est quand même mieux que "hair metal" (là, c'est bannissement sans sommation ! Smile )
Bref, vous êtes deux à aimer autant les mêmes groupes (dont tout le monde se fout en France), à utiliser ce terme et à avoir le même âge (à vue de pif)… Et comme The Marginal nous "connaissait" Canard et moi… c'était presque une évidence que vous ne fassiez qu'un ! Smile
avatar
Date d'inscription : 14/02/2018
Messages : 48
Voir le profil de l'utilisateurhttps://feel-japanese-rock-wave.blogspot.com

Re: New wave of Sleaze

le Mar 9 Oct - 17:47
Le qualificatif "sleaze" est associé à celui de "glam". D'un point de vue sonorité, c'est plus agressif que le Glam Rock et d'un point de vue lyrique, ça baigne dans l'immoral, le sordide. En anglais "sleaze" se réfère à "immoral / sordide".

J'emploie ensemble Sleaze Rock et Glam Rock, vu que l'un et l'autre sont relativement proches.
Age : 46
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Ven 12 Oct - 9:05
Il est effectivement souvent trois termes en concurrence : Hair Metal, Hard US ou Sleaze. Le dernier a ma préférence parce qu'il permet à la fois de rassembler et de distinguer, là où les deux autres termes rassemblent trop (Hair metal) ou distingue trop (Hard US).

Hair Metal : le syntagme est d'abord ridicule... Ce qui, il est vrai, ne saurait suffire à l'écarter. En revanche, son utilisation classique apparait trop englobante. En effet, on regroupe généralement sous ce terme à la fois Faster pussycat et Whitesnake, Pretty boy floyd et White lion... Certes, il s'agit là de groupes à cheveux laqués et permanentés, mais dont la musique est pourtant bien différente. Le terme confond en fait, Hard rock mélodique (Whitesnake et White Lion) et groupes trouvant leur inspiration ailleurs (Faster pussycat...).

Hard US : le principal défaut de cette étiquette est qu'elle fait mention d'une origine géographique. Elle est ainsi trompeuse et laisse à penser que ne pratiquent du Hard US que les groupes américains, ce qui est évidemment faux. Bien entendu, on peut aussi l'appréhender de manière plus compréhensive : le hard US ne ferait référence qu'à un style né aux Etats-unis et non pas à une musique jouée par des américains. Certes, mais c'est là faire peu de cas d'Hanoi rocks qui vient de Finlande et dans l'influence sur la scène a été plus que sensible. Alors, de manière plus large encore, on peut saisir l'expression comme désignant une musique ayant connu son heure de gloire aux Etats-unis (sur le sunset strip). Oui, pourquoi pas ; en ce sens, l'expression fait... sens. Mais voilà tout de même, un terme trop ambigu pour être véritablement opérationnel.

Sleaze : ce terme n'a pas les défauts des deux autres. Il permet à la fois de distinguer ce que ne permet pas le terme Hair metal et d'éviter de faire référence ambiguë à une origine géographique (et donc de ne point exclure ceux qui se trouvent en dehors de cet espace). Il me semble possible de convenir (puisque toute définition est d'abord affaire de convention) que le Sleaze désigne un mélange de Glam, de rock, de punk, et de Metal. On peut alors distinguer 4 types de Sleaze selon l'ingrédient qui prédomine (il s'agit bien entendu d'idéaux-type au sens de Max Weber... nombre de groupes se situant à égale distance de l'un ou l'autre de ces sous-catégories) :

Le sleaze-glam :
Côté dirty : Faster pussycat, Roxx gang, Pretty boy floyd, Shameless, The cruel intentions, Dangerous toys, cats in boots
Côté poppy/wimpy : Poison, Jet boy, Tryx, Bam bam boys, No sympathy, Heart Throb mob, Biters, Bai bang, Glitzy glow, Wig wam, bang gang...

Le sleaze rock : The dogs d'amour, The quireboys, Grimm jack, Innocent rosie, Hell'n'diesel, The new roses, Prophets of addiction, Rock city angels, Junkyard, The royal court of China...

Le sleaze punk : Glamour punks, Ragdolls, Wesnesday 13, Superhorrorfuck

Le Sleaze Metal : Sister, Toxic Rose, Fatal smile, Spread eagle, Black diamond, Salems lott
avatar
The Sentinel
The Sentinel
Age : 47
Date d'inscription : 21/01/2018
Messages : 463
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.metalblabla.com

Re: New wave of Sleaze

le Lun 15 Oct - 17:38
Dans ton classement, Dirty et Poppy c'est surtout du glam. La différence est dans le niveau de sucre mais stylistiquement c'est la même chose.
Sleaze rock c'est du hard rock (basé sur le blues donc, etc.) Je vois pas comment tu différencies les 2 styles. Si je te suis Guns'n'Roses c'est du sleaze puisque tu y ranges The Royal Court... ou Rock City Angels.
Sleaze punk, oui pour le côté punk. Donc du glam. Toute les Hanoi Rocks-like sont à rapprocher du punk via les NY Dolls. C'est ça le glam, le mélange entre le r'n'r sixties et le punk rock des NY Dolls.
Je ne connais aucun de ces groupes "sleaze metal", donc je ne me prononce pas.
Age : 46
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Lun 15 Oct - 18:13
En fait, il me semble que deux options sont possibles (le choix de l'une ou l'autre d'entre elles repose, à mon sens, sur l'intelligibilité qu'il permet dans le classement des groupes) :

Option 1 : distinguer le Glam et le Sleaze. Ce courant est assez répandu. Il considère Poison comme du Glam et non pas comme du Sleaze. Ce dernier terme est réservé aux groupes privilégiant une approche plus punk ou plus rock (qui sent sous les bras), plus sale plus cradingue.

Option 2 (la mienne) : avoir une conception du Sleaze plus compréhensive faisant du Glam une simple sous-catégorie de ce mouvement (pour le dire autrement, tous les groupes Glam font du Sleaze mais tous les groupes de Sleaze ne font pas du Glam). Cette manière de présenter les choses conduit effectivement à considérer que Poison et Faster pussycat font du Glam (et donc du Sleaze), mais en représente deux faces un peu différente (Poppy et Dirty... Donc, oui, tous ces groupes sont bel et bien des groupes Glam). Différence qui trouve expression la plus forte dans la voix des chanteur : Bret Michaels est le prototype du chanteur Glam poppy et T'aime Downe (ou Steve Summers de Pretty boy floyd ou Shameless) celui du chanteur Dirty.

Cette option n° 2 me parait meilleure que la première parce que la différence entre Poison et Junkyard (par exemple) me parait moins de nature (ils appartiennent à un imaginaire musical somme toute commun, souvent avec des influences musicales très proches, même si les uns citeront d'abord les NYD et les autres T. Rex ou Slade) que de degré (l'un insiste plus sur la pop, là où l'autre développe une tonalité plus rock'n' blues).... Il est rare d'ailleurs que les fans de l'un ne soit pas fan de l'autre ! On retrouve chez les uns et chez les autres, dans des proportions variables, ce mélange de punk, rock, metal et glam/pop.

Concernant Guns'n'roses (dont j'avoue n'avoir jamais été un grand fan.... bizarrement !!! J'ai leur ai toujours préféré les Rock city angels, Jukyard ou mes chouchous les Dogs d'amour), oui, pour moi, il s'agit bien de Sleaze rock.

Et oui, enfin, tout le mouvement Sleaze au final est lui-même une sous-catégorie du hard rock (sauf évidemment la branche Sleaze Metal... qui, elle, se rattache plutôt à la catégorie Heavy Metal).
Age : 46
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Mar 16 Oct - 18:31
Je suis nono, le petit robot, l'ami du Sleaze (ouais, OK, c'est nul !).

Blagounette à part, je signale deux sorties :

Plastic tears (Angels with attitude) : Du sleaze entre Hanoi rocks et The dogs d'amour... mais sans le talent et l'inspiration de ces deux groupes (le groupe est du niveau d'un The proprets of addiction). Résultats : un album pas désagréable, quelques titres sympas, mais bon, l'ensemble reste tout de même bien moyen. Pour les (seuls) fans acharnés du style.

The handsome dogs (Unleashed) : le groupe se rapproche de crack county daredevils, innocent rosie, Snake bite whisky... Du sleaze sale, très street rock. Là-aussi, si l'album passe plutôt bien, la musique est bien trop générique pour accrocher durablement l'oreille. Vite écouté, vite oublié. Dans le style, on préférera largement l'album de Dogs days (Broke in hollywood) !
Age : 46
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Dim 21 Oct - 16:36
Ma maman me l'a toujours dit : il faut changer de Sleaze tous les jours, question d'hygiène intime !

J'ai retrouvé dans mes tiroirs de vieux sous-vêtements, une marque de Sleaze, totalement oubliée aujourd'hui, dont j'aimerais vous entretenir rapidement.

Petite précision d'abord : je ne crois pas aux pépites oubliées, aux diamants enterrés (Cirith Ungol, j'en rigole encore) ... En revanche, oui, certains groupes n'ont pas, à l'époque, nécessairement eu le succès commercial (voire d'estime) qu'ils auraient mérité. Exemple : Wrathchild (que l'on ne confondra pas avec Wrathchild america). Je ne vais pas vous vendre un groupe génial ; il ne l'est pas. Reste que tout fan de Sleaze devrait se pencher sérieusement sur son cas, car les anglais avaient un vrai sens de l'hymne glam immédiat. On est dans un univers Sleaze glam, une sorte de Poison British en plus punk, mais toujours avec des refrains poppy et sucrés. Et puis ce look.... Les pochettes de Stakk attakk et de Trash queens valent franchement le coup d'œil. En fait, Wrathchild pourrait être présenté, plus précisément,  comme une version anglaise de Pretty boy floyd (en plus inspiré...).

Rapide tour d'horizon d'une disco qui le vaut bien :

Stakk attakk (1984) : un album dans l'esprit et le ton du Too fast for love de Motley crue. Mais un avertissement immédiat  : le son est vraiment pourri, ce qui réserve le disque aux oreilles les moins fragiles. Si l'on parvient à franchir l'obstacle de la production (ou plus justement de son absence... pourtant confiée à George l'ancien guitariste de Magnum, qui a dû oublier d'enlever ses moufles en revenant de ses vacances au ski), alors là c'est une petite claque assurée. De l'hymne glam, du vrai, à foison : Too wild too tame ; Trash queen ; Sweet surrender ; Kick down the walls... Il est vrai que la seconde moitié de l'album est en cran (ou deux) en dessous. On en retiendra cependant une belle reprise d'Alrite with the boyz de Gary Glitter.

Trash queen (1985) : Bon, ben, côté son, c'est toujours aussi pourri... Dommage, car les compos (dont trois en version live) sont plutôt sympas dans le genre (le disque compile en fait différentes sorties du groupe single, EP) : Do you want my love est un tube mineur du genre, Lipstick Killer et Teenage revolution le sont presque aussi !!! Les morceaux live dégagent une grosse énergie, un peu bordélique, mais franchement réjouissante (Cok, Rock, Shock) !

The Bizz suxx (1985) : cette fois, tout en restant franchement moyen, le son ne fait plus saigner les oreilles ! On profite donc mieux des compos 100% glam du groupe anglais. Et les 7 premiers titres réalisent d'ailleurs un sans-faute ! Que du bon, avec en point d'orgue ce (Na na) Nukklear Rokket atomique ! Comme sur l'album de 1984, la fin de l'album est en revanche moins mémorable... Il n'empêche que le groupe fait, une fois encore, la démonstration de son vrai talent de composition (dans le style qui nous occupe, bien entendu !!! Tout cela reste du rock'n'roll de base... Ce it's Party sauvage qui clôt le disque !!!) ! On est bien au-dessus de l'inspiration de groupes comme Brinty fox, Helix ou Johnny crash...

Delirium (1989) : Enfin, un son digne de ce nom ! Certes, le groupe apparait sous un jour moins sale, moins cru, plus lissé (la première véritable balade du groupe, très (trop)  Poison ...Long way to go ; l'esprit Gospel de Roxx over me), mais il n'en perd pas pour autant son inspiration. Watch me shake it qui ouvre l'album se rapproche du Black'n'Blue de l'excellent in Heat, alors que d'autres titres puisent leur inspiration du côté d'Aerostmith (My girlz ; Do what U wanna). Plus heavy rock que proprement glam (quelques morceaux creusent cependant toujours ce sillon (That's what U get When U fall in love ; She's high on luv ; les entrainants Good girlz et Only for the fun qui porte bien son titre), l'album tranche avec ses prédécesseurs.... Mais peu importe l'étiquette, l'album est hautement recommandable ! Si les purs fans de glam lui préféreront peut-être le précédent, les autres verront dans ce disque - qui ne connait aucun temps faible - l'acmée de la carrière du groupe. A écouter de toute urgence.

Stakkattakktwo (2011) : 27 ans après son Stakk attakk... Wrathchild (il ne reste que 50% du line up d'origine) propose une "suite" (dotée d'une pochette immonde) à cet album culte. Dire que le retour du groupe était attendu serait un... mensonge. Rares sont ceux chez qui le souvenir du groupe anglais persistait encore. Ce retour surprise, échec ou réussite ? Et bien plutôt, une franche réussite ! Le son d'abord est bon et bien adapté au genre. Ensuite, les chansons tiennent bien la route et le nouveau chanteur du band a une voix qui colle parfaitement au style (on croirait parfois entendre Joe Leste le chanteur de Bang tango, comme sur White hot fever ou I'll be your rock'n'roll). Reste que le disque se rapproche plus de Delirium que de Stakk attakk premier du nom. Les temps ayant changé, le groupe se fait également sans doute un brin plus mélancolique (Cherie, cherie ; Hollywood or bust et ses chouettes choeurs ; Psychantic suicide... dont l'intro fait penser au Home sweet homme de qui vous savez) et moins insouciant que sur ses anciennes productions. On y trouve également de nouvelles influences (on croirait presque entendre Dropkick Murphy sur Trikk or treat). Au final, ce Stakk attakk n°2, inspiré, transpire l'honnêteté et n'a rien à envier aux nouveaux cadors du genre (Crashdiet, Crazy lixx et consorts). Evidemment, il n'a connu aucun succès (quand cela veut pas, cela veut pas). Et la réformation du groupe est restée (à ma connaissance) sans lendemain.

Mon Top 10 pour découvrir le groupe
1. (Na na) Nukklear rokket
2. Too wild to tame
3. Sweet surrender
4. Do you want my love
5. Trash queen
6. Roxx me over
7. Good girlz
8. Millionnaire
9. Hollywood or bust
10. Kick down the walls



https://www.youtube.com/watch?v=g2a1FcDBwOA

https://www.youtube.com/watch?v=rbOLgMRneYo

https://www.youtube.com/watch?v=7nMZ9EDxXfc


Dernière édition par Monsieur Pat le Dim 21 Oct - 21:11, édité 1 fois
avatar
The Sentinel
The Sentinel
Age : 47
Date d'inscription : 21/01/2018
Messages : 463
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.metalblabla.com

Re: New wave of Sleaze

le Dim 21 Oct - 17:16
Puisqu'on voyage en Angleterre... Tigertailz on en parle ?
Date d'inscription : 21/10/2018
Messages : 5
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Dim 21 Oct - 23:39
Wrathchild c'est très proche du punk, pas assez accrocheur pour moi.

En "nouveau" j'aime bien Santa Cruz (l'éponyme est cool à part la ballade moisie à la fin et le dernier album (young blood rising) plus calme mais sympa aussi). Je les écoute régulièrement.

En plus AOR,
j'ai écouté le dernier Crazy Lixx (hard rock/AOR) pas mal aussi
Les Revolution saints (deux albums moyens, lassants sur la longueur)
Et il y a quelques années le premier W.E.T. m'avait plu (même si les paroles étaient d'une médiocrité niaise), Jeff scott soto au chant. Je l'avais beaucoup écouté, j'y reviens avec plaisir.
avatar
Age : 37
Localisation : CHILI
Date d'inscription : 15/02/2018
Messages : 89
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Lun 22 Oct - 4:27
"En "nouveau" j'aime bien Santa Cruz (l'éponyme est cool..."

Tu vas te faire tirer les oreilles par M. REMI jocolor
Age : 46
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Lun 22 Oct - 8:30
Sleaze, Maman Sleaze, Sleaze Maman Sleaze, Sleaze Maman, tu voyais ma vie… Oups, pardon, je m’égare !

Ah Tigertailz… En voilà un gros dossier. Pour moi, c’est d’abord une voix, étonnante, détonante au milieu des années 80 dans le domaine du Glam, celle de Steevi Jaimz. C’est ensuite, un look glam poussé à l’extrême. Mais c’est surtout un extraordinaire premier album, Young and Crazy (1989). C’est bien simple, on n’y trouve que des tubes (Turn me on et She’s too hot tiennent le haut du pavé) et une musique moins vulgaire, plus fine, qu’il n’y parait au premier abord. On tient là sans doute possible l’un des meilleurs albums du genre qui rivale sans problème aucun avec les rois américains des charts.
Après ce départ fracassant, on a craint le pire. Jaimz s’en va et l’on se dit que décidemment que tout fout le camp. Sauf que son remplaçant Tim Hooker va assurer grave (dans un registre chat éraillé plus classique dans le genre, mais néanmoins avec grande classe) et que le groupe gallois va nous pondre une autre tuerie Beserk (1990). Dans l’esprit hymnesque de Cherry pie de Warrant, Tigertailz se fend d’un Love bomb Baby ultra bombastique ! Deux autres tubes, à gros refrains, complètent le tableau : Noise level critical et action city. Moins catchy, le reste n’en est pas moins bourré d’énergie (c’est souvent très heavy pour le style) et de bonne humeur communicative (Sicksex, imparable d’entrée de jeu). Et là encore, le groupe fait preuve d’une réelle finesse d’écriture…

L’année suivante, le groupe sort Banzai (au Japon… il faudra de longues années pour qu’il soit édité en Europe), album compilant diverses faces B (et oui, c’était une autre époque) du groupe. De ce disque, minuer, on retient surtout deux reprises… inattendues : Creeping death et Peace sellz de qui tout le monde sait. Et, franchement, cela fonctionne vraiment pas mal.

Dernier album vraiment intéressant Wazbones sort en 1995. Le groupe se fait plus sombre (la vague grunge est passé par là), plus heavy, moins insouciant. Ce n’est plus tout à fait le Tigertailz que l’on a connu, mais la qualité reste au RDV… dans un autre registre.

La suite des aventures de la queue de tigre du pays de Galles me semble moins intéressante… L’inspiration s’en est allée… Bezerk 2, Thrill pistol, Lost Reelz n’ont guère d’intérêt…
En 2010 cependant le groupe sort un excellent live « Beserk live »… toujours avec Hooker au chant (mais sans le bassiste Pepsi Tate décédé en 2007). En 2016, le groupe retourne en studio et pond un Blast franchement décevant, lisse et sans saveur (le téléphoné All the girls in the world), ultra kitch (l’immonde Pipped it popped it et son clip ridicule). Et Puis le nouveau chanteur, Robb Wylde est loin d’égaler Jaimz ou Hooker….

A noter que Steevi Jaimz a sorti un album sympatoche en 2000, Damned if I do… Damned if I don’t, et deux autres albums Private hell (2009) et Glam Damnation (2010) sur lesquelles j’avoue ne m’être pas encore penché. En 2016, le chanteur a également sorti une nouvelle version (en mode piano, guitare acoustique) de Living without you, titre tiré du premier format long de son ancien groupe. Et c’est plutôt réussi dans le genre !
Age : 46
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Lun 22 Oct - 8:32
Santa Cruz, non, j'accroche pas… Pour moi, le groupe produit un Sleaze aseptisé, sans relief ni aspérité, une sorte de modern rock pour séries américaines Bubble gum.
Date d'inscription : 21/10/2018
Messages : 5
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Lun 22 Oct - 12:49
En fait je suis d'accord avec ce que tu dis mais pour moi ce n'est pas péjoratif. C'est clair que si tu écoutes Santa Cruz en espérant tombé sur du faster pussy cat, D.A.D. ou L.A GUNS, tu seras déçu. Pour moi c'est plus proche d'un Danger Danger (les américains), Firehouse ou Motley crüe mélangé avec des trucs un peu plus modernes (modern rock entre autres).
Je suis étonné tout de même que tu trouves ça aseptisé, alors que tu cites Hardcore Superstar qui est, certes plus purement glam/sleaze, mais que je trouve aussi sans aspérité (et plus linéaire). J'ai l'album Dreamin' in a casket qui n'est peut-être pas représentatif...
Je ne dirai pas par contre que ça manque de relief. Je trouve justement que les chansons au sein d'un même album sont assez variées et qu'au sein de chaque chanson il y a assez de variations pour leur donner du relief (petits arrangements, changement d'intensité...) .

Et sur l'album dont le groupe est éponyme (je corrige la formulation Wink ), je trouve que le batteur possède un jeu assez moderne (plus technique) qui apporte une certaine fraicheur. J'ai l'impression que c'est assez caractéristique du métal ces dernières années, une mise en valeur assez nette des performances du batteur.
Age : 46
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Mer 24 Oct - 15:14
Tilete, je te rejoins ; de mon point de vue, Santa Cruz ne fait pas de Sleaze/glam mais plutôt du rock moderne très léché. C'est vrai que le rapprochement avec un Danger Danger n'est pas sans pertinence (même si ce dernier me semble plus FM). En revanche, je serai plus dubitatif concernant Mötley crüe… A chaque fois que j'écoute Santa Cruz, j'ai l'impression qu'il s'agit d'un générique de la série Smallville ou de Pretty little liars (et oui, je suis vieux… j'ai des ado à la maison). La notion de "danger ou d'urgence" (tout est relatif, bien entendu), attachée au Sleaze, me semble totalement absente. Ce qui n'est pas le cas, il me semble, chez Hardcore superstar.

La discographie de Hardcore superstar est également l'une des plus hétéroclites que je connaisse (Dreamin' est l'album que j'aime le moins du groupe). Bad sneakers est du Sleaze punk dru et cru ; No regrets et Thank you, deux monuments Glam/sleaze pop ; des influences Thrashy pointent sur Hardcore superstar de 2005 ; Beg for it et Slip your lip proposent un Sleaze metal hyper  inspiré ; C'mon take on me revient à des préoccupations plus poppy (et peut-être moins inspirées pour le coup) : HCSS se fait un brin plus aventureux (c'est pas non plus Mr. Bungle, hein !!!) et You can't kill my R'n'R est monstrueusement bombastique ce que d'aucuns, et je le comprends fort bien, peuvent juger, comme Monsieur Rem, too much).

Un top 10 pour découvrir les différentes facettes du groupe :
1. Into debauchery (Beg for it)
2. Moonshine (Slip your lip)
3. Liberation (Bad sneakers…)
4. Wild boys (Hardcore superstar)
5. Electric rider (You can't kill my rock'n'roll)
6. SOul of Sweetness (No regrets)
7. Honey tongue (No regrets)
8. Above the law (C'mon take on me)
9. Beg for it (Beg for it)
10. Don't mean shit (HCSS)


Dernière édition par Monsieur Pat le Ven 26 Oct - 13:13, édité 1 fois
Date d'inscription : 21/10/2018
Messages : 5
Voir le profil de l'utilisateur

Re: New wave of Sleaze

le Ven 26 Oct - 12:01
Merci j'écoute tout ça !
Contenu sponsorisé

Re: New wave of Sleaze

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum