Partagez
Aller en bas
Age : 46
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur

Black paradoxe

le Jeu 11 Oct - 17:32
La sortie du nouvel et excellent album de Behemoth (I loved you at your darkest) fournit parfaite occasion de (re)mettre en lumière étrange paradoxe.

A peine sortie que la nouvelle oeuvre du groupe polonais se voit déjà décriée par les true black fans. Il est vrai que le groupe a intégré bcp de mélodie dans son death/black et (l'expérience Me and that man ayant laissé des traces) un véritable esprit rock. La musique du groupe se fait plus accessible et variée encore (ce Bartzabel au refrain en voix claires) qu'elle ne l'était sur The satanist. Nergal joue avec les contrastes et donne à sa musique un dynamisme nouveau. Désormais le groupe brille plus dans les mid-tempo à ambiance que dans les blast beat à outrance. Il est loin le temps du furieux Demigod. Le groupe évolue et, ce qui est classique, d'aucuns lui en font le sévère reproche. Rien que de très banal.

Pourtant ces critiques sont, à bien y réfléchir, très étranges. Alors que le Black metal exalte la liberté individuelle, l'individualisme, le rejet de la soumission, le surhomme (en faisant une lecture de Nietzsche souvent empruntée à un enfant de classe de maternelle), le style et ses fans adhérent à des codes précis, à des dogmes quasi-intangibles. Le fan de true black combat la religion et l'avertissement de l'Homme qu'elle engendre en adhérant lui-même à une forme de religion séculière qui à ses dogmes, ses grands prêtres et ses fidèles. Le Black Metal dénonce les églises en en étant lui-même une ! Il refuse les catéchismes au nom d'un catéchisme.

En croyant échapper à l'emprise du religieux, le fan de Black metal participe, en fait, de sa propagation.

Un bien étrange paradoxe.

avatar
Age : 26
Date d'inscription : 14/02/2018
Messages : 58
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Black paradoxe

le Jeu 11 Oct - 21:36
Il n'a jamais été question de renverser le religieux, mais le religieux en place. Pour le remplacer par celui de l'homme des cavernes.


Pour ceux que ça intéresse, un échantillonnage du Black idéal de ces personnes :


avatar
The Sentinel
The Sentinel
Age : 47
Date d'inscription : 21/01/2018
Messages : 406
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.metalblabla.com

Re: Black paradoxe

le Lun 15 Oct - 17:29
J'avais parlé de ce genre de paradoxe dans le dossier religion me semble. C'est la même chose dans le punk : vrai / faux punk, le punk ça doit être comme ci ou comme ça.
J'ai tendance à me dire que si l'album est bien, c'est bien. Vaut mieux un bon disque qui sort du dogme qu'un mauvais qui le respecte à la lettre. D'autant que les dogmes sont rarement édictés par les groupes eux mêmes. Ça peut arriver et du coup on entre dans la création à contrainte, et ça peut donner de bonnes choses.

Faut que je teste le nouveau Behemoth. J'suis jamais rentré dans le groupe même si ça me semble pas mal "de loin". A voir.
Contenu sponsorisé

Re: Black paradoxe

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum